Sowa Rigpa, médecine traditionnelle tibétaine

 « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » disait Rabelais dans Pantagruel.

Sowa Rigpa peut être traduit par « Science de guérison » et par « Nourriture de la conscience ».

Ces deux termes illustrent le double caractère médical et spirituel de cette discipline, en bref, Science AVEC conscience !

Sowa Rigpa est à la fois une médecine naturelle holistique et une voie spirituelle laïque, codifiées au XIIème siècle par Yuthok Yonten Gönpo.

Communément appelée médecine tibétaine, Sowa Rigpa est née il y a plusieurs millénaires dans les hauteurs de l’Himalaya, bien avant que le Tibet n’existe, et a essaimé dans les régions alentours: en Inde, au Népal, au Bhoutan, en Chine, en Mongolie, et même en Sibérie. A ce titre, il serait plus juste de la considérer comme la médecine traditionnelle de l’Himalaya.

Aujourd’hui, Sowa Rigpa est pratiquée dans une quarantaine de pays sur tous les continents.

livre l'arti tibétain de l'analyse d'urine

L'art tibétain de l'analyse d'urine

Ce guide pratique présente les bases théoriques de la médecine tibétaine à la lumière de l’approche occidentale et livre les secrets d’une authentique et puissante méthode d’évaluation de la santé par la simple observation de l’urine.

Paru aux éditions BOD. Prix public 28€ en librairie. En vente au tarif préférentiel de 23€ chez l’auteur (moi ! )

L’art tibétain du diagnostic

L’arbre du diagnostic selon Sowa Rigpa présente 3 branches: L’observation, la palpation et l’interrogation.

Comme tout bon thérapeute, le praticien Sowa Rigpa se renseigne sur la condition du patient, son histoire personnelle, son mode de vie, ses symptômes et leurs conditions d’apparition, d’aggravation, etc.

A l’aide de ses index, majeur et annulaire, le praticien lit les pouls sur les 2 poignets du patient, vérifiant ainsi le niveau et la qualité énergétique des organes internes.

Outre une observation générale, une des particularités de Sowa Rigpa est Chu Tag, l’observation de l’urine. En effet, si l’observation de l’urine est présente dans d’autres médecines traditionnelles (Ayurveda, médecine traditionnelle chinoise), elle n’y constitue pas un élément essentiel du diagnostic général. Dans le contexte de Sowa Rigpa, Yuthok énonçait au XIIème siècle: « Si tu ne peut établir ton diagnostic avec le pouls, établis-le avec l’urine. »

A la demande du Dr Nida Chenagtsang, j’ai travaillé ardemment et publié sous mon nom tibétain Pawo Dorje « l’Art tibétain de l’analyse d’urine », ouvrage destiné à la fois aux étudiants en médecine traditionnelle tibétaine et accessible au grand public.

Le traitement selon Sowa Rigpa

Qu’il s’agisse d’une approche préventive ou curative, Sowa Rigpa s’appuie sur 4 piliers:

  • L’alimentation: Que manger et boire, en quelle quantité, quel mode de cuisson, quelles associations, à quel moment ?
  • Le comportement: Style de vie, horaires, rythme de sommeil, activités physiques, sociales, culturelles, artistiques, etc…
  • La pharmacopée: pilules, beurres médicinaux, poudres, décoctions
  • Les thérapies: massages, compresses chaudes ou froides, moxibustion, ventouses, techniques vibratoires, balnéothérapie, sauna, etc.

Le thérapeute prodigue des conseils hygiéno-diététiques grâce aux deux premiers piliers, prescrit des médicaments à l’aide du troisième pilier et dispense ou prescrit les soins adaptés selon le quatrième pilier.

Puisse Sowa Rigpa se répandre tel l’infinité des cieux pour le plus grand bien de tous les êtres sensibles.

Yuthok Yonten Gönpo (1126-1202)